Derniers sujets
Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ???

Aller en bas

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ??? Empty Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ???

Message par André Laurendeau le Dim 20 Nov 2011 - 15:44

On n’a pas tous les jours 50 ans … mais qui dit que ça ne doit durer qu’une journée ???

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ??? 6
(1) Le groupe (2) AB qui boit le Touchais jusqu'à la dernière goutte (3) Christian, sérieux comme à son habitude :-)

Hier soir, dégustation thématique « On passe le cap d’une décennie » rassemblant des amis qui ont passé soit le cap des 50, soit le cap des 40 ans cette année. Sur les 11 personnes présentes, 6 fêtaient cet événement, dont mon chum Guy que j’ai connu … en 5e année primaire! Le concept : on ouvre un vin pour chaque décennie, en commençant par 2011, puis 2001, 1991, et en remontant jusqu’à 1961. Pour chaque vin, les « jubilaires » racontent une anecdote de l’année en question.

LES VINS

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ??? 1

Beaujolais Nouveau 2011, Georges Duboeuf
Le timing de la soirée était parfait, les Beaujolais nouveaux étant sortis il y a quelques jours seulement. Un vin rouge clair, tout en fruit, sur la banane, la framboise, la cerise acidulée. Un des meilleurs Bojo Nouveau des dernières années, si ça veut dire quelque chose. Une grosse demi-bouteille a été consommée, le reste ...

Pioneer Block 3 43 degrees 2011, Saint Clair
Un nez de buis, de pomme verte, très Sauvignon blanc. Une bouche … acide, citronnée pas très agréable. Là aussi, une grosse demi-bouteille a été consommée.

Hors thème : Corton-Charlemagne Grand cru 2002, Pierre André
Un peu froid lors du service, ce vin a repris vie après quelques minutes dans le verre. Une belle couleur dorée, un nez complexe sur les épices, un peu de citron et d’orange confite, pas de signe d’oxydation. Un vin qui remplit bien la bouche, juste assez gras, avec une rétro sur les épices et le caramel et une bonne longueur. Un très beau vin!

Chambolle-Musigny 1ier cru Les Amoureuses 2001, Joseph Drouhin
Une belle robe rubis, un nez sur la griotte, la petite cerise acidulée, un petit côté animal et de feuille morte. En bouche, une superbe fraîcheur et une belle minéralité, des tannins bien ronds, le tout pour supporter les arômes de fruits rouges encore fort présents. Ce vin aurait pu dormir encore quelques années en cave.

Castello di Brolio, Chianti Classico 2001, Barone Ricasoli
Christian, comme toujours, s’est amusé en me le présentant à l’aveugle. La robe est sombre. Au premier nez, je suis transporté en Italie. Clairement ancien monde, avec un peu de bois, mais quand même assez discret. Des fruits rouges et noirs, du café, un petit côté « sérieux ». Une bouche bien ample, avec du bois bien intégré et des tannins bien ronds, Je « calle » Europe, puis Italie, puis Toscane. Je pense à un Super-Toscan, tente le Roccato Rocca delle Macie. Avec ses 85% de Sangiovese complété par du Cabernet Sauvignon et du merlot, et avec son élevage de 18 mois en barrique, je n’étais vraiment pas très loin…

Hors thème : Mormoreto 2000, IGT Toscana, Castello di Nipozzano
Une robe sombre, un nez sur les fruits noirs, de la vanille, un peu de cuir. Un vin corsé, avec tout ce qu’il faut pour bien emplir la bouche, un peu de mâche. Des arômes de fruits noirs, une très belle longueur. Un vin frais, avec une très belle acidité. Le bois est bien présent, mais en bonne voie d’intégration. Déjà très beau, ce vin en aura encore à dire pour quelques années.

Hors thème : The Chocolate Block 2009, Western Cape, Boekenhoutskloof
Une robe sombre, un nez sur le chocolat, le café, les fruits noirs. Le vin a été carafé plus de 2 heures avant d’être dégusté. En bouche, c’est ample, avec des tannins enveloppants. Ça explose le fruit noir, le café, la vanille. Une belle longueur. Quelques années en cave devraient lui donner un peu plus de finesse.

Faustino I Gran Reserva 1991, Rioja
Je n’avais aucune attente à propos de ce vin, mes expériences passées ayant été souvent été marquées par les bretts. Mais comme c’est le seul vin sec de 1991 sur lequel j’ai pu mettre la main … À l’ouverture, un premier nez assez animal, mais qui s’estompe dans le verre pour révéler, oh, surprise, un nez complexe sur les fruits noirs, la figue, à peine animal. En bouche, la rétro est conforme au nez, avec un superbe équilibre ou rien ne dépasse. Des tannins bien fins enrobent le tout. À $65.50, ce vin prêt à boire est un superbe rapport qualité/prix. Mais vu l’instabilité des bouteilles de ce producteur, devrais-je prendre la chance de m'en procurer d'autres ???

Montecillo Selecction Especial Gran Reserva 1981, Rioja
Un autre beau Rioja, plus complexe et évolué que le précédent. De la feuille morte, du sous-bois. Le fruit est toujours présent, mais on est clairement plus sur les arômes tertiaires. En bouche, c’est fin, les tannins sont soyeux et le bois est très bien intégré. Un beau produit pour qui aime les vins matures, évolués.

Château l’Angélus 1971, St-Émilion
Le clou de la soirée, bien que le risque d’avoir une bouteille morte était bien là … Tentative d’ouverture avec un limonadier : le bouchon casse – au nez, du bouchon... Tentative de récupérer avec un bilame : le bouchon cale dans la bouteille. Décantation dans une carafe – on sent le vin, le goûte … pas de bouchon, et un vin encore bien vivant, qui en a long à dire! Un vin tuilé, limpide malgré l’épisode du bouchon. Au nez, de l’anis, de la feuille morte, du sous-bois. De la cannelle, du cassis. En bouche, c’est tout en finesse, des tannins soyeux, avec en rétro l’anis et le cassis. Une bien belle bouteille!

Moulin Touchais 1961, Anjou (aujourd'hui, Coteaux du Layon)
Ma deuxième bouteille de ce millésime. Au simple toucher, le bouchon descend d’un quart de pouce dans la bouteille : impossible d’enlever la moisissure du bouchon – je le pousse le dans la bouteille et la et transvide immédiatement. La robe est superbe, de couleur orangée : il est clair que le temps a fait son œuvre. Au nez, c’est complexe, sur l’orange brûlée, le caramel. En bouche, l’équilibre est précaire, le temps ayant mangé une bonne partie du sucre. Une pointe d’amertume. Un accord parfait avec une crème brûlée.

Une soirée fort agréable, avec des gens sympathiques et allumés. On ne fête pas tous les jours le passage à une nouvelle décénnie ... On reprends ça dans 10 ans ???

André
André Laurendeau
André Laurendeau

Messages : 712
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 57
Localisation : Ste-Dorothée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ??? Empty Re: Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ???

Message par Michel Therrien le Dim 20 Nov 2011 - 18:22

Bonne fête André.
De belles fioles.
Merci du partage.

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
Michel Therrien
Michel Therrien

Messages : 8650
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 55
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ??? Empty Re: Pas tous les jours, mais qui dit que cela ne doit durer qu'une journée ???

Message par Frederik Boivin le Lun 21 Nov 2011 - 9:33

la vie est dure à 50 ans...
Frederik Boivin
Frederik Boivin

Messages : 1921
Date d'inscription : 02/06/2009
Age : 44
Localisation : montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum